Près de 800 militant-es et sympathisant-es étaient présents mardi 7 mars au Rocher de Palmer à Cenon, pour lancer officiellement la campagne de Benoît Hamon en Gironde.

Après l’accueil par Alain David, Maire de la commune, Thierry Trijoulet, Premier Secrétaire Fédéral et mandataire départemental du candidat a rappelé que la campagne n’avait pas attendue son lancement officiel pour battre son plein sur l’ensemble des territoires girondins.

Europe-Ecologie-Les-Verts, qui prend pleinement part à la campagne depuis le ralliement de Yannick Jadot, était représenté par Gérard Chausset. Ce dernier a mis l’accent sur une alliance historique, puisque, pour la 1ère fois depuis 1974, il n’y aura pas de candidat des Verts au 1er tour de l’élection présidentielle.

Alors que les affaires de la droite et de l’extrême droite monopolisent la scène médiatique, il est plus que temps de nous concentrer sur le projet et les propositions que nous portons pour les Français-es. C’est sur ce point qu’a insisté Naïma Charaï, porte-parole de Benoît Hamon, rappelant que le candidat a besoin de toutes les forces et de toutes les énergies pour les 50 prochains jours qui nous séparent du 1er tour. A la veille du 8 mars, elle a également insisté sur les propositions de notre candidat pour les droits des femmes.

La campagne sera courte, Benoît Hamon l’a voulue innovante, basée sur l’intelligence collective, au plus près des territoires,  en associant toutes les bonnes volontés et en favorisant la prise d’initiatives. Matthieu Rouveyre, qui dirige la campagne du candidat sur le département, en a présenté les déclinaisons locales. Il a exposé les supports et les outils disponibles et appelé à la mobilisation de tous et notamment de la jeunesse, que Benoît Hamon a placée au cœur de son programme comme l’a rappelé Inès Rabeï, du Mouvement des Jeunes Socialistes.

 

Les mots forts de Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de la Gironde, en faveur du rassemblement ont fait écho aux interventions précédentes. Face aux candidats de la droite et de l’extrême-droite, il voit en Benoît Hamon le candidat qui « donne envie de voter « pour » ». Pour le Revenu Universel, qui protège et accompagne, et qui est d’ailleurs à l’étude au Département. Pour des services publics forts, modernes et bienveillants. Pour l’accompagnement du vieillissement dans la dignité.

Après les interventions, les militant-es et sympathisant-es présent-es ont pu échanger avec les référents des équipes de campagne sur des stands organisés par circonscription et partager un verre de l’amitié.